tout un univers créatif

Les rythmes du dessin et de la calligraphie sont du même type et c’est ce qui me fascine de ces deux outils créatifs. J’ai toujours joué avec les lettres pour en faire des images, puisque dessin et lettres ont toujours été présents dans ma démarche artistique.

 

Au départ, les lettres ne sont que des lignes qui, à leur tour, créent des formes.

Si on dessine avec des mots, ils deviennent alors des formes négatives et positives. Ils créent autant le rythme de l’œuvre que le dessin, ils sont parfois aussi partie intégrante du paysage. Ils sont parfois tellement intégrés au dessin qu’ils sont difficiles à lire, comme des graffitis.

 

Dans ma démarche artistique pour Le Cantique des cantiques, j’ai poussé plus loin l’exploration en m’éloignant des œuvres et des textes pour les suspendre dans l’espace. J’y ai été amenée à cause de la grandeur de ce texte : je devais le sortir du livre et lui donner toute l’ampleur dont il était porteur. J’ai voulu repousser aussi la calligraphie des textes pour les amener à la limite des graffitis. Ils traversent le temps et l’espace.  Les graffitis sont des œuvres qui ont autre chose à dire, puisqu’ils tentent de s’imprimer sur un mur !

 

En créant des livres-objets, je choisis de sortir du livre pour le créer aussi de l’extérieur : faire de l’extérieur et de l’intérieur un tout visuel.  Tenter de donner à l’écriture une autre façon de s’exprimer, la suspendre dans le temps et l’espace… et revenir au début : la dessiner en la soumettant au pouvoir de la couleur.

 

La couleur fait le lien entre les parties de l’œuvre. C’est elle-même qui choisit l’espace qu’elle souhaite occuper dans une œuvre, sa luminosité, lui dictant la voie.